Nouveaux dispositifs pour la sécurité routière

En effet, les Français sont fiers des nombreuses qualités de leur pays, mais sans doute pas de leurs statistiques routières. Année après année, le pays s’efforce par différentes lois à réduire le nombre d’accidents et de morts sur ses routes et les efforts ont payés ces dernières années. Sauf : 2014 a vu une augmentation des accidents mortels, la première depuis douze ans, ce qui a incité Manuel Valls à annoncer un catalogue de 22 nouvelles mesures pour responsabiliser encore plus les conducteurs et ainsi conduire les statistiques de nouveau vers une baisse. «Les chiffres actuels sont inacceptables et demandent des mesures fortes», a insisté le Premier Ministre, en annonçant son but qui est de diviser par deux le nombre de personnes tuées sur les routes françaises jusqu’en 2018.

radar

Une des mesures concerne l’installation de 500 nouveaux radars pour ainsi augmenter leur nombre total à 4 700 dans tout le pays. Est prévu également l’installation de 10 000 « faux radars » jusqu’en 2018.

Aussi la France utilisera des drones pour contrôler des zones à risque, ou encore elle a rendu obligatoire le contrôle technique pour les motos lors d’un changement de propriétaire. Les motards, quant à eux, seront tenus à porter des gants pour diminuer les dégâts quand ils se protègent lors d’une chute. Une autre mesure remarquable est celle d’obliger les entreprises à divulguer l’identité de leurs employés en cas d’infraction au code de la route par ces derniers lorsqu’ils conduisent un véhicule d’entreprise.

Ces nouvelles mesures se rajoutent aux 26 mesures introduites en janvier 2015 (voir l'article précédent). Par contre, la limitation de vitesse de 90 km/h reste inchangée, contrairement à ce que certains espéraient.


police

Les efforts entrepris en faveur d’une meilleure sécurité routière ont causé certaines réactions. Ainsi Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre les violences routières, a exprimé sa crainte que la France ne pourra pas éviter de devenir un état paternaliste avec tout un catalogue de mesures répressives, si les conducteurs ne prendront pas leur responsabilité en se conformant aux règles mises en œuvre pour préserver les vies sur les routes.




Selon elle, l’Etat sera toujours obligé de jouer la police sur les routes et de s’attaquer à ceux qui ne respectent pas les lois.